Violences domestiques et contraception

Violences domestiques et contraception

Parce qu´au Cambodge, la violence domestique et la contraception sont des sujets tabou, Clémence Schantz, une sage-femme diplômée de psychologie et rédigeant un mémoire d´anthropologie, est venue animer des groupes de parole avec les parents d´élève.

Lire l´édito de Tina Kieffer dans notre dernière newsletter

Surprise, toutes les femmes et la plupart des hommes invités ont répondu présents, révélant un besoin irrépressible de parler, de se confier, de mettre des mots sur les maux. Moins étonnant : les mères, très mal informées en matière de contraception, sont toutes demandeuses de prescription et de suivi médical. Celles, victimes de violences de la part de leur conjoint, aimeraient qu´on leur apporte de l´aide.

Ces groupes de parole ont été l´occasion de dresser un état des lieux des souffrances familiales qui peuvent altérer l´équilibre de nos petites, afin de mettre en place des programmes spécifiques dès l´année prochaine, dont nous vous reparlerons.

Les groupes de parole en images

Retour